Top 11 des films qui se spoilent eux-mêmes avant la fin

Publié par Guillaume le 5 Janvier 2017

- commentaires

Les réalisateurs aiment jouer avec les spectateurs et cachent souvent des indices révélant la fin de leurs films. Heureusement pour nous, ces indices sont assez difficiles à remarquer ou ne prennent leur sens seulement grâce à la révélation finale.

 

Voici un Top 11 des films qui se spoilent avant la fin !

 

(SPOILERS ALERT, of course)

 

N°11 : Retour vers le futur

 

Une des séquences majeures vers la fin du film est la scène où Doc escalade l'horloge de l'hôtel de ville pour relier les câbles qui permettront à Marty de retourner dans son époque.

 

A un moment où la tension est à son comble, cela aurait été dommage de savoir avant la scène quelle solution ingénieuse (ou désespérée) notre cher Doc allait trouver pour sauver Marty et lui-même. Et bien on le sait dès le générique !

 

En effet, regardez bien le générique au début du film, on voit plusieurs pendules dont une où un homme s'accroche à une aiguille, exactement comme dans la scène de fin ! Pas mal non ?

 

Preuve en image :

Top 11 des films qui se spoilent eux-mêmes avant la fin

 

N°10 : Le Prestige

 

Le big, big reveal de l'excellent film de Nolan sur deux magiciens rivaux est que Christian Bale incarne non pas un mais deux personnages ! En effet, les jumeaux s'aident pour effectuer des tours de magie impressionnants. Evidemment, comme personne ne sait cela, le rival (Robert Angier/Hugh Jackman) et le spectateur s'arrachent les cheveux pour savoir comment notre ami Bale réussi ces tours. 

 

Et pourtant, Nolan annonce son reveal bien avant la fin du film, quand Hugh Jackman lit le journal intime d'Albert Borden (un des jumeaux) et qu'on entend en voix off : "We were two young men at the start of a great career, two young men devoted to an illusion, two young men who never intended to hurt anyone".

 

Le spectateur peut naturellement penser qu'Albert parle de lui et de Robert Angier, alors qu'en fait il parle de lui et de son frère !

 

N°09 : Ace Ventura

 

Et oui, les films comiques lourdingues peuvent aussi avoir des "twist endings" surprenants. Dans le premier opus des aventures d'Ace Ventura, on apprend que le Lieutenant Loïs Einhorn est en fait Ray Finkle, le grand méchant du film.

 

Et bien évidemment, le réalisateur a décidé de nous donner un indice de taille sur le véritable sexe du personnage de Loïs grâce à des fruits posés sur son bureau. Très classe...

 

Top 11 des films qui se spoilent eux-mêmes avant la fin

 

N°08 : X-Men: Le Commencement

 

A la fin du film, l'ami Erik Lensherr (futur Magneto) arrive enfin à se venger en tuant Sebastian Shaw en faisant traverser une pièce dans le cerveau du pauvre bougre.

 

Et cette façon si particulière de tuer quelqu'un était en fait annoncé bien avant, dans la chambre d'hôtel d'Erik. 

Top 11 des films qui se spoilent eux-mêmes avant la fin

 

N°07 : Les Dents de la mer

 

Tuer le requin géant qui boulottait sans vergogne tous les touristes de l'île d'Amity ne fut pas chose aisée. Pour se faire, nos héros ont souffert jusqu'à ce que l'un deux, Martin Brody arrive à tirer dans une bouteilles d'air compressé que le requin avait dans la gueule.

 

Encore une façon peu commune de se débarrasser du méchant, mais encore une fois, c'était clairement annoncé. En effet, quand nos trois héros embarquent pour leur chasse, Quint, voyant les bouteilles d'air comprimé, dit "Je ne sais pas ce que salopard de requin va en faire, les manger je suppose". 

 

N°06 : Casino Royale

 

Un des meilleurs James Bond, montrant, sous les traits de Daniel Craig, un Bond brut, faisant des erreurs, et amoureux... Et c'est là la plus grande surprise du film : Vesper, la (seule) femme dont le célèbre agent britannique est tombé amoureux, le trahit. 

 

Cette double personnalité de Vesper peut être identifiée dès le générique. En effet, le personnage est représenté par une carte montrant à la fois une dame de coeur, représentant l'amour et une dame de pique qui est un symbole de mensonge. 

 

N°05 : No Country For Old men

 

Le héros du film, Llewelyn Moss, se retrouve poursuivi par Anton Chigurh, un des méchants les plus flippants de ces dernières années. 

 

L'inévitable confrontation entre les deux personnages a lieu plus tard dans film, mais on sait dès le début que Moss ne pourra jamais se débarrasser de Chigurh. Pourquoi ? Vers le début du film, une scène montre Moss qui chasse des espèces de biches. Il arrive à toucher un des animaux mais il découvre plus tard que le coup ne lui a pas été fatal et que la bête s'est enfuit. Et c'est exactement ce qu'il se passe lors de la confrontation des deux personnages. Moss arrive à toucher Chigurh, mais ce dernier s'enfuit.

 

N°04 : Destination Finale

 

Quel film d'horreur culte ! Les personnages échappent de justesse à un accident censé les tuer. Du coup, la Mort est pas hyper contente et se met à les pourchasser un à un pour rétablir l'équilibre. On ne dute pas la Mort.

Ce scénario donne lieu à des mises à mort phénoménales et bien gores, qu'on prend plaisir à découvrir au fur et à mesure du film.

Sauf qu'on sait dès le générique du début quel sort attend chaque personnage. 

Guillotine, hache, objet pendu... Tous les objets correspondent. Regardez donc :

 

N°03 : Shutter Island

 

Encore un grand film à "twist ending". Ici la surprise vient du fait que le personnage campé par DiCaprio n'est pas un marshall mais un patient de l'asile dans lequel il enquête.

 

Son partenaire d'enquête, interprété par Mark Ruffalo, est en fait le psychiatre qui suit le patient Leo. Et on peut deviner cela très rapidement, quand les personnages arrivent sur l'île, et que Mark Buffalo doit donner son pistolet à la sécurité. Il n'arrive pas à retirer l'arme de son étui, prouvant qu'il n'est pas habitué à faire ce geste, donc qu'il n'est pas flic. 

 

Pas mal non ?

 

Le film est bourré d'indices, comme le fait que les gardes soient tous très tendus quand Leo arrive, ou qu'à chaque fois que le vrai nom du personnage de Ruffalo (Dr. Sheehan) est mentionné, le malaise s'installe. 

 

N°02 : Usual Suspects

 

Considéré comme le plus grand rebondissement de l'histoire du cinéma, le spectateur apprend, choqué, que le clampin interprété par Kevin Spacey est en fait Kaiser Söze, un criminel de haut vol, craint de tous.

Le personnage est surnommé "Verbal Kint" qui est en fait un indice majeur sur sa véritable identité. Car le mot "Söze" est proche du turc "sözel" qui veut dire "verbal". Et "Kaiser" signifie "Empereur" Allemand. Hors "Kint" est assez proche de "King", ou roi en français.

On a donc Verbal Kint qui signifie en gros "le roi verbal" et de l'autre côté on a Kaiser Söze, "l'empereur verbal". 

Comme quoi, les langues, ça sert.

 

N°01 : Iron Man

 

Top 11 des films qui se spoilent eux-mêmes avant la fin

 

Mon anecdote préférée ! Dans la scène ci-dessus, dans le 1er opus des aventures d'Iron Man, les terroristes qui ont kidnappé Stark parlent urdu, une langue parlée par des millions de personnes.

 

Naturellement, on pense qu'ils demandent une rançon aux proches du héros, sauf qu'en fait ils s'amusent à révéler toute l'intrigue du film, dont l'identité du méchant, interprété par Jeff Bridges !

 

Et vous, dans quels films avez-vous repéré des indices qui révèlent leur fin ?

>> Pour nous rejoindre sur facebook (avec des exclu et des concours en plus), c'est juste dessous :

Commenter cet article